top of page
BACKGROUND BLOG.jpg
  • Emily Sahakian

From Seed to Smoke 6/7

A Journey into the Heart of Tobacco with Chateau Diadem - Part 6: The Making and Aging


English and French Below

The making of a cigar is a work of art, a precise dance of the hands where every movement counts. This art is orchestrated by the torcedor, the craftsman who is at the center of everything. With exceptional skill and precision, they transform carefully selected and aged tobacco leaves into true masterpieces. But the "torcedor" does not work alone in this precision choreography. They are supported by a team of skilled craftsmen who play specific roles. The "bonchero", for example, prepares the filler and the binder of the cigar, ensuring that the leaves are properly arranged to guarantee even burning. Then, the "bonchero" adds the wrapper, the outer leaf that gives the cigar its final appearance. This leaf, chosen for its visual perfection, must be applied with care and expertise to achieve a smooth and flawless finish. Once rolled, the cigars are bundled into groups of 50. This is when they enter a well-deserved resting phase, a crucial step for the development of their flavor. This resting period takes place in a cigar humidor, where conditions are maintained at a temperature of 60°F and a humidity of 72%. These ideal conditions allow the cigars to lose all traces of residual ammonia and develop a complexity of flavor and aroma that cannot be achieved otherwise. The resting process typically lasts between four and six months, a period during which the cigars continue to evolve and mature. Over time, their flavors blend and develop, transforming each cigar into a unique and rich taste experience. In the last part of our series, we will turn to the art of enjoying a cigar, a moment when the meticulous work of the torcedor and their team is finally savored.

 

La confection d'un cigare est une œuvre d'art, une danse précise des mains où chaque geste compte. Cet art est orchestré par le « torcedor », l'artisan qui est au centre de tout. Avec une habileté et une précision exceptionnelle, il transforme les feuilles de tabac soigneusement sélectionnées et vieillies en véritables chefs-d'œuvre.

Mais le « torcedor » ne travaille pas seul dans cette chorégraphie de précision. Il est soutenu par une équipe d'artisans qualifiés qui jouent des rôles spécifiques. Le « bonchero », par exemple, prépare la tripe et la sous-cape du cigare, assurant que les feuilles sont correctement disposées pour garantir une combustion uniforme.

Ensuite, le « bonchero » ajoute la cape, la feuille extérieure qui donne au cigare son apparence finale. Cette feuille, choisie pour sa perfection visuelle, doit être appliquée avec soin et expertise pour obtenir une finition lisse et sans défaut.

Une fois roulés, les cigares sont rassemblés en fagots de 50. C'est alors qu'ils entrent dans une phase de repos bien mérité, une étape cruciale pour le développement de leur saveur. Cette période de repos se déroule dans une cave à cigares, où les conditions sont maintenues à une température de 16°C et une humidité de 72%. Ces conditions idéales permettent aux cigares de perdre toute trace d'ammoniaque résiduelle et de développer une complexité de saveur et d'arôme qui ne peut être obtenue autrement.

Le processus de repos dure généralement entre quatre et six mois, une période pendant laquelle les cigares continuent d'évoluer et de mûrir. Au fil du temps, leurs saveurs se mélangent et se développent, transformant chaque cigare en une expérience gustative unique et riche.

Dans la dernière partie de notre série, nous nous tournerons vers l'art d'apprécier un cigare, un moment où le travail minutieux du « torcedor » et de son équipe est enfin savouré.








Displaying fa1b0f4c-a484-45ce-a065-63cecf513a92.jpeg.

19 views0 comments

Recent Posts

See All

Commentaires


bottom of page